Sant-Empiro romen gèrmanico

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Pâge d’éde sur l’homonimia Por los articllos homonimos, vêde Empiro romen et pués Empiro du Cuchient.

Lo Sant-Empiro romen[1] est un regroupâjo politico, enqu’houé disparu, de tèrres d’Eropa cuchientenche et centrâla u Moyen Âjo, dirigiê per un sôveren que portâve lo titro d’« emperor des Romens ». Sè considèrâve, de sa fondacion u Xémo siècllo tant qu’a sa suprèssion u comencement du XIXémo siècllo per Napoléon, coment lo continuatior de l’Empiro du Cuchient des Carolingiens et en-delé de l’Empiro romen. L’adjèctif Sant fut rapondu por sa pârt desot lo règno de Frèderic Bârbarossa (atèstâ en 1157) por lèg·itimar lo povêr de maniére divina.

Èvolucion du tèrritouèro du Sant-Empiro dês 962 tant qu’a 1806.

Fut asse-ben apelâ dês lo XVIémo siècllo tant qu’u XVIIIémo siècllo Sant-Empiro romen de la nacion tutonica (en latin : Sacrum Romanum Imperium Nationis Teutonicae)[2], tendent a l’identifiar avouéc les Alemagnes[3]. Aprés sa suprèssion, dedens los lévros d’histouère francês du XXémo siècllo, fut apelâ Sant-Empiro romen gèrmanico[4]. Mas la rèference gèrmanica est pas presenta dedens los lévros d’histouère d’ôtros payis : il est apelâ en angllès Holy Roman Empire, en latin Sacrum Imperium Romanum, en alemand Heiliges Römisches Reich, en étalien Sacro Romano Impero, en nêrlandês Heilige Roomse Rijk[5] ; et pués est avouéc apelâ des côps Premiér Reich ou ben Viely Empiro, por lo difèrenciér de l’Empiro alemand.

O est desot la dinastia des Otoniens, u Xémo siècllo, que l’empiro sè fôrme dês la vielye Francia levantenche carolingièna. Dês l’an 1032, lo Second Reyômo de Borgogne, la Savouè avouéc, est rapondu a l’empiro. La dèsignacion Sacrum Imperium est atèstâye por lo premiér côp en 1157[6],[7] et lo titro Sacrum Romanum Imperium aparêt vers 1184[6] por étre empleyê de maniére dèfinitiva dês l’an 1254. Lo complèment Deutscher Nation (en latin Nationis Teutonicae, en arpetan « de [la] Nacion tutonica ») est étâ apondu u XVémo siècllo. L’ètendua et les frontiéres du Sant-Empiro sont étâyes considèrâblament changiêes pendent los siècllos. U temps de sa més granta èxtension, l’empiro contint quâsi tot lo tèrritouèro de l’Eropa centrâla d’ora, des Payis-d’Avâl, de la Bèlgica, du Lussembôrg, de la Suisse et pués de parties de la France et de l’Étalia. Son histouère et sa civilisacion sont vêr un héretâjo partagiê per un mouél d’Ètats eropèens d’ora.

Los temps modèrnos mârcont por l’empiro l’empossibilitât estructurâla de menar de guèrres ofensives, d’èpatar son povêr et son tèrritouèro. Dês ique, ses principâles missions sont la dèfensa du drêt et la consèrvacion de la pèx. L’empiro dêt assurar la stabilitât politica et la rèsolucion pacefica des dèsacôrds en endiguent la dinamica du povêr : semond na protèccion, ux sujèts contre l’arbitrèro des sègnors, et pués ux ôrdres muens importants contre tota enfraccion u drêt fêta per los ôrdres més importants et per l’empiro mémo. Dês l’an 1648, des Ètats vesins sont constitucionalament entègrâs coment Ètats emperiâls ; l’empiro remple adonc étot cela fonccion de pèx dedens la constèlacion de les pouessiences eropèènes.

Dês lo méten du XVIIIémo siècllo, l’empiro pôt pas més emparar sos membros de la politica d’èxpension de les pouessiences du dedens et du defôr. O est yona de les côses de son èfondrament. Les conquétes napoléoniènes et la crèacion de la confèdèracion du Rin dèmontront la fèblèssa du Sant-Empiro. Lo Sant-Empiro romen disparêt lo quand l’emperor Françouès Iér dèpôse sa corona por étre ren qu’emperor d’Ôtriche et, coment l’ècrit Ferdinand Lot, lo , dâta de l’abandon per Françouès II de sa qualitât d’emperor des Romens, pôt étre considèrâ coment l’acto de môrt lègâla de l’Empiro romen[8].

Sus lo viely tèrritouèro de l’empiro sè sont procllamâs u XIXémo siècllo un mouél de payis modèrnos : les Alemagnes, l’Ôtriche, la Suisse, l’Étalia, la Rèpublica tchèca, los Payis-d’Avâl et d’ôtros.

Notes et rèferencesChangiér

NotesChangiér

RèferencesChangiér

  1. Portent sus la nomencllatura oficièla « Sant-Empiro romen » : (fr) « Représentation impartiale de ce qui est juste à l’égard de l’élection d’un roi des Romains, selon les lois et les coutumes du Saint Empire Romain », L’Hage, 1751, p. 46 : « Lo Rê des Romens dêt et sè vôt pas mècllar du Govèrnament et de l’Administracion du Sant Empiro Romen, qu’atant ’ment sa Maj·èstât Emperiâla lo lui vodrat cèdar et pèrmetre », traduit dês lo francês, etc. passim[1]. (fr) David Chytraeus - « Histoire de la Confession d’Auxpourg », Anvèrs, chiéz Armand Coninx, 1632, p. 341 : « qu’on aduisat de faire vne paix publique et bien asseurée pour tout le Saint Empire Romain », et passim [2]. (fr) « Code criminel de l’empereur Charles V, vulgairement appelé la Caroline », La Nôvila, 1742, p. 12 : « Je jure de rendre justice et de prononcer un jugement en affaire criminelle... de suivre fidèlement l’Ordonnance Criminelle de l’Empereur Charles V, du Saint Empire »[3].
  2. L’aponsa de les paroles « nationis teutonicae » ou ben « Deutscher Nation » est étâye oficialisâye pendent la Dièta de Cologne de 1512, mas el at disparu de l’usâjo oficièl et fut quâsi abandonâye dês lo XVIIIémo siècllo ((de) H. Weisert - « Der Reichstitel bis 1806 », dedens : « Archiv fur Diplomatik », 1994, vol. XL, pp. 441–513.
  3. Per ègzemplo : (fr) Alexandre Hesse - « L’administration provinciale et communale en France, 1785-1870 », p. 680 : « L’empire d’Allemagne, appelé également le saint Empire Romain de nation teutonique ».
  4. (fr) Saint-Empire romain germanique (ècrit sen trèt d’union) dedens los Petit Larousse 2012 et Petit Robert 2012.
  5. (de) Joachim Ehlers - « Natio 1.5 Deutschland und Frankreich », dedens : « Lexikon des Mittelalters », vol. 6, col. 1037 f.
  6. 6,0  et 6,1(de) Gerhard Krause, Gerhard Müller, Siegfried M. Schwertner, Theologische Realenzyklopädie. Band 28. Pürstinger-Religionsphilosophie, Walter de Gruyter, 1997, p.  447.
  7. (la) « Mandatum ad Ottonem Frisingensem datum », dedens Monumenta Germaniae Historia : Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, l. 1, Hanovro, Friderici I. constitutiones, tèxto no 161, p. 224 (liére en legne, viu lo 21 d’oût 2015).
  8. (fr) Ferdinand Lot - « La fin du monde antique et le début du moyen âge », Paris : Albin Michel, col. L’évolution de l’Humanité, 1968, p. 278 : « Empereurs, historiens, juristes du Moyen Âge et des temps modernes ont cru sincèrement que l’Empire, quoique son chef fût de nation germanique, était réellement la continuation de l’Empire romain d’Occident. Si bien que, au point de vue du droit constitutionnel, si l’on veut dresser l’acte de décès légal de l’Empire romain, il faut descendre jusqu’au , jour où François II renonça à son titre d’empereur romain de nation germanique pour prendre celui d’empereur d’Autriche ».