Joseph de Maistre

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan savoyârd / ORB lârge. Le blâson de la Savouè


Pâge d’éde sur l’homonimia Por los articllos homonimos, vêde Mêtre et pués Famelyes de Mêtre.
Le comto de Mêtre, Grant-crouèx de l’ôrdro de los Sants-Môris-et-Lâdro.

Le comto Josèf de Mêtre [ʒɔ.ˈze d ˈmeː.trǝ][Nota 1] (Joseph de Maistre [ʒo.zɛf də mɛstʁ][Nota 2] en francês) (Chambèri, - Turin, ) z-est un homo politico, filosofo, mag·istrat, historien et ècriven savoyârd, sujèt du reyômo de Sardègne[Nota 3].

Josèf de Mêtre ére membro du sôveren Sènat de Savouè, devant qu’èmigrar en 1792 quand les fôrces armâs francêses ocupont la Savouè. Pâsse pués doux-três ans en Russia, devant que retornar a Turin. Il est yon de los pâres de la filosofia contre-rebêniére, grant membro de la franc-maçonerie, et pués encllinâ vers l’èsotèrismo.

BiografiaChangiér

Son pâre ére le comto Françouès-Gzaviér Mêtre (1705–1789), que vint de Nice[1], sa mâre Cristina Demôts de La Sâla (1727–1774) d’una vielye famelye de Savouè. En 1786, Josèf de Mêtre mârie Françouèsa-Marguerita de Morand (1759–1839)[2]. Lors enfants sont Adèla de Mêtre (1787–1862), Rodolfo de Mêtre (1789–1866) et pués Constança de Mêtre (1793–1882). La famelye de Mêtre est enscrita dediens l’« armoriâl et nobilièro de Savouè »[3].

En 1784, fât avouéc son frâre Gzaviér de Mêtre (1763–1852) le premiér vôlo d’una montgorfiére en Savouè.

Dês 1788, Josèf de Mêtre est un sènator de Savouè. Aprés la Rebênâda francèsa, il est a l’ègzilo d’abôrd en Vela et pués a Turin, a Losena, a Vènisa et enfin a Sant-Pètèrsbôrg. Il est ministro du rê Victor-Èmanuèl Iér de Sardègne et de Savouè.

Il est èlu a l’Acadèmia francêsa, et pués, en 1820, rentre dediens l’Acadèmia de les sciences, bèles-lètres et ârts de Savouè.

 
Le monument de Mêtre devant le châtél de los ducs de Savouè a Chambèri.

Le monument de Josèf de Mêtre et de son frâre Gzaviér de Mêtre (1763–1852), qu’est un ècriven savoyârd, sè trôve devant le châtél de los ducs de Savouè a Chambèri.

ÔvresChangiér

  • (fr) Joseph de Maistre: Œuvres, Pierre Glaudes (dir.) (Paris, 2007)
  • (la) Nobilis Ioseph Maistre Camberiensis ad i.u. lauream anno 1772. die 29. Aprilis hora 5. pomeridiana (Turin, 1772)
  • (fr) Éloge de Victor-Amédée III (Chambèri, 1775)
  • (fr) Lettres d'un royaliste savoisien à ses compatriotes (Losena, 1793)
  • (fr) Lettre de Jean-Claude Têtu, maire de Montagnole, distict de Chambéry, à ses chers concitoyens, les habitants du Mont Blanc. (Chambèri, 1795)
  • (fr) Considérations sur la France (Londro, Bâla, 1796)
  • (it) Intorno allo stato del Piemonte rispetto alla carta moneta (Turin, Vela, Vènisa, 1797-1799)
  • (fr) Essai sur le principe générateur des constitutions politiques (Sant-Pètèrsbôrg, 1814)
  • (fr) Les Soirées de Saint-Pétersbourg ou Entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence, suivies d'un Traité sur les Sacrifices (Liyon et Paris, 1821)
  • (fr) Lettres a un gentilhomme russe sur l'inquisition espagnole (Paris, 1822)
  • (fr) Lettres et opuscules inédits du comte Joseph de Maistre, èdit. Rodolfo de Maistre (Paris, 1853)
  • (fr) Œuvres complètes de Joseph de Maistre (Liyon, 1884-1886, 14 vol.)

RechèrcheChangiér

  • l’Enstitut d’ètudes mêtriènes, Chambèri.
  • l’Associacion de los amis de Josèf et Gzaviér de Mêtre.
  • la Reviua de les ètudes mêtriènes.

BibliografiaChangiér

  • Carolina Armenteros : L'Idée française de l'histoire : Joseph de Maistre et sa postérité (1794-1854), Paris 2014.
  • Rodolfo de Maistre : Hexis d'un soir ou de la prénotion d'un retour de l'Esprit dans la science, 2016.
  • Jacques Alibert : Joseph de Maistre : État et religion, Paris 1990.
  • Felipo Barthelet (dir.) : Joseph de Maistre, Losena 2005.
  • Francis Bayle : Les Idées politiques de Joseph de Maistre.
  • Abbé L. Carret : Finesse & géométrie dans Joseph de Maistre - Politique Guerre Tradition, Brégon 1937.
  • Isaiah Berlin, Henry Hardy : Joseph de Maistre et les origines du totalitarisme, 1992.
  • Jian-Louis Darcel : Les Années d'apprentissage d'un contre-révolutionnaire: Joseph de Maistre à Lausanne, 1793-1797, dediens : Revue des études maistriennes, 1986-87, p. 7-135.
  • Jian-Louis Darcel : Joseph de Maistre et la Révolution française, dediens : Revue des études maistriennes, 1977, p. 29-43.
  • Émile Dermenghem, Joseph de Maistre mystique : ses rapports avec le martinisme, l'illuminisme et la franc-maçonnerie, l'influence des doctrines mystiques et occultes sur sa pensée religieuse, Paris 1923.
  • François Descostes : Joseph de Maistre avant la Révolution : souvenirs de la société d'autrefois, 1753-1793. Paris 1893.
  • Marc Froidefont : Théologie de Joseph de Maistre, Paris 2010.
  • Marc Froidefont : La philosophie de Joseph de Maistre, 1999.
  • Marc Froidefont : Joseph de Maistre et l'idée de monarchie, dediens : Revue d'études maistriennes, 2004, p. 413-424.
  • Michel Fuchs : Edmund Burke et Joseph de Maistre, dediens : Revue de l'université d'Ottawa, 54, 1984, p. 49-58.
  • Claude-Joseph Gignoux : Joseph de Maistre : prophète du passé, historien de l'avenir Paris 1963.
  • Pierre Glaudes : Joseph de Maistre et les figures de l'histoire [ trois essais sur un précurseur du romantisme français], Cllârmont-Fèrrand 1997.
  • Georges Goyau : La Pensée religieuse de Joseph de Maistre d'après des documents inédits, Paris 1921.
  • Édouard-Félix Guyon : « Joseph de Maistre : diplomate sarde, témoin et juge de son temps, 1792-1817 », dediens : Revue d'histoire diplomatique, 97, 1983, p. 75-107.
  • Frederick Holdsworth : Joseph de Maistre et l'Angleterre, Paris 1935.
  • René Johannet : Joseph de Maistre, Paris 1932.
  • Camille Latreille : Joseph de Maistre et la papauté, Paris 1906.
  • Jean-Yves Leborgne : Joseph de Maistre et la Révolution, Brèst 1976.
  • Henri de Maistre : Joseph de Maistre, Paris 1990.
  • J. Mandoul : Un homme d'État italien : Joseph de Maistre et la politique de la maison de Savoie. Paris 1899.
  • Amédée de Margerie : Le Comte Joseph de Maistre : sa vie, ses écrits, ses doctrines, avec des documents inédits, Paris 1882.
  • Bastien Miquel : Joseph de Maistre, un philosophe à la cour du tsar, Paris 2000.
  • Joseph-Marie Montmasson : L’Idée de Providence d'après Joseph de Maistre, thèse complémentaire, Liyon 1928.
  • Jean-Yves Pranchère : Qu'est-ce que la royauté ? : Joseph de Maistre, Paris 1992.
  • Jean Rebotton : Études Maistriennes. Nouveaux aperçus sur la famille de Maistre et sur les rapports de Joseph de Maistre avec monsieur Stedingk, Vela 1974.
  • Bernard Secret : Joseph de Maistre, substitut et sénateur, d'après des lettres inédites avec une introduction et des notes, Chambèri 1927.
  • Robert Triomphe : Joseph de Maistre : Étude sur la vie et sur la doctrine d'un matérialiste mystique, Geneva 1968.
  • Pierre Vallin : "Les 'Soirées' de Joseph de Maistre: Une création théologique originale", dediens : Recherches des Sciences Religieuses, 74, 1986, p. 341-62.
  • François Vermale : Joseph de Maistre émigré, Chambèri 1927.
  • Paul Vulliaud : Joseph de Maistre franc-maçon, Paris 1926.
  • Charles Philippe Dijon de Monteton : Die Entzauberung des Gesellschaftsvertrags. Ein Vergleich der Anti-Sozial-Kontrakts-Theorien von Carl Ludwig von Haller und Joseph Graf de Maistre im Kontext der politischen Ideengeschichte, Francfôrt 2007.
  • Carolina Armenteros : The French Idea of History: Joseph de Maistre and his Heirs, 1794-1854. Ithaca, NY et Londro 2011.
  • Carolina Armenteros et Richard Lebrun : Joseph de Maistre and his European Readers: From Friedrich von Gentz to Isaiah Berlin. Lyde et Boston 2011.
  • Carolina Armenteros et Richard Lebrun : Joseph de Maistre and the Legacy of Enlightenment, Oxford 2011.
  • Owen Bradley : A Modern Maistre: The Social and Political Thought of Joseph de Maistre. Lincoln et Londro 1999.
  • Cara Camcastle : The more moderate side of Joseph de Maistre, Ottawa 2005.
  • Graeme Garrard : « Rousseau, Maistre, and the Counter-Enlightenment », dediens : History of Political Thought, 15 1994, p. 97-120.
  • Elio Gianturco : Juridical culture and politico-historical judgement in Joseph de Maistre dediens : Roman revue 27, 1936.
  • Elisha Grieffer : Joseph de Maistre and the reaction against the eighteenth century, dediens : American Political Science Review, p. 591-598.
  • Richard A. Lebrun : Throne and Altar: The Political and Religious Thought of Joseph de Maistre. Ottawa, 1965.
  • Charles Lombard : Joseph de Maistre. Niou-Yorque 1976.
  • John Courtney Murray : Political Thought of Joseph de Maistre, dediens : Review of Politics, 11, 1949, p. 63-86.
  • Benedetto Croce : Il duca di Serra-Capriola]] e Giuseppe de Maistre dediens : Archivio storico per le province napoletane, XLVII, 1922, p. 313-335.
  • Domenico Fisichella : Giusnaturalismo e teoria della sovranità in Joseph de Maistre. Mèssina-Fllorença, 1963.
  • Domenico Fisichella : Joseph de Maistre, pensatore europeo. Roma-Bari, Laterza, 2005. (ISBN 88-420-7598-1).
  • Gianfranco Legittimo : Sociologi cattolici italiani: De Maistre, Taparelli, Toniolo. Roma 1963.

Notes et rèferencesChangiér

NotesChangiér

  1. Prononçont avouéc [ʒɔ.ˈzɛ d ˈmeː.trǝ] en patouès savoyârd.
  2. Prononciacion en francês de France retranscrita d’aprés la nôrma AFE. Por Joseph de Maistre, le nom z-est tradicionèlament prononciê [mɛstʁ] avouéc le S come le « mestre » dediens bourgmestre en francês ; il est d’ense qu’est g·ènèralament pèrciu a l’univèrsitât et diens los documents que resonont (per ègzemplo Sacha Guitry dediens Le Diâblo bouètox, 1948). Son nom z-est ples rârament prononciê [mɛtʁ] come « maître » en francês, desot l’enflluence de la prononciacion adoptâ per doux-três dèscendents (coment il est le câs por Patris de Mêtre).
  3. La Savouè z-ére avouéc le Reyômo de Sardègne. A cél propôs Josèf de Mêtre ècriséve en 1802 diens na lètra de protèstacion adrèciê a M. Alquier, ambassador de la rèpublica francêsa a Naple ((fr) Œuvres complètes, vol. 1, p. XVIII, traduit dês le francês) :

    « Su pas francês, l’é jamés étâ et pués lo vuel pas étre. »


    Tot pariér dediens la Semonça de la seconda èdicion de les (fr) Considérations sur la France (publeyê a Bâla en 1797) l’ècriven et reyalisto francês Jâque Malèt du Pant dit bien que l’ôtor du lévro [=de Mêtre], por ses èxprèssions, est pas ben sûr un Francês (ique le lim, traduit dês le francês) :

    « Son Ôtor nos est encognu ; mas nos savens qu’il est gins de francês : s’en apèrcèvront a la lèctura de cél Lévro. »

    — Considérations sur la France, Londro [Bâla], 1797, p. I.


    Arbèrt Blanc, doctor en drêt de l’univèrsitât de Turin, èditor de les mèmouères politiques et de la corrèspondança diplomatica du comto de Mêtre, diens la téta de lévro de cela dèrriére ((fr) Correspondance diplomatique de Joseph de Maistre, Paris, 1860, vol. I, pp. III-IV) ècriséve, traduit dês le francês :

    « ...[le comto de Mêtre] ére un politico ; cél catolico ére un Savoyârd ; il at viu les dèstinâs de la mêson de Savouè, il at souhètâ la chêta de la dominacion ôtrich·ièna, il at étâ, diens cél siècllo, yon de los premiérs dèfensiors de [l’endèpendence de l’Étalia]. »

    Cen vôt dére que Josèf de Mêtre ére Savoyârd et pas Francês. De ples, il est sovent nomâ en étalien Giuseppe de Maistre.

RèferencesChangiér

  1. (fr) Georges Doublet, « L’ascendance niçoise de Joseph et Xavier de Maistre », dediens : « Mémoires et documents de la Société savoisienne d’Histoire et d’Archéologie de Chambéry », 1929, l. LXVI, p. 281-289.
  2. (fr) « Françouèsa-Marguerita Morand de Sant-Sorpicio », sus lo seto geneanet.org.
  3. (fr) Amédée de Foras, François-Clément de Mareschal de Luciane, « Armorial et Nobiliaire de l’Ancien Duché de Savoie », Grenoblo, 1863-1910.