Adelayida de Suisa

margrâva (marquisa) de Suisa et de Turin et pués comtèssa et règenta de Savouè

Delayida de Suisa

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Pâge d’éde sus l’homonimia Por los articllos homonimos, vêde Adelayida.
Ritratto di Adelaide di Susa moglie di Oddone, pintro a l’ôlyo du XVIIIémo siècllo (Venaria Reale).

Adelayida de Suisa[N 1] [a.dla.ˈiː.da də ˈswi.za], des côps mencionâye desot la fôrma Adelayida de Turin[1], surnomâye « la Grant-Comtèssa »[2],[3], nèssua vers 1020 a Turin et môrta lo a Canischio, est na princèssa du Moyen Âjo, felye d’Oldèric-Manfrèd II d'Oriata (aprés 991-1036), margrâvo (marquis) de Suisa, et de Bèrta d’Ivrèa (vers 976 - aprés 1029), margravena de Suisa et comtèssa de Turin. El est yona de les femèles les més importantes et ben cognues de l’histouère de la Savouè.

BiografiaChangiér

Origina et premiér mariâjoChangiér

Adelayida de Suisa est n’héretiére des Ardouinidos, qu’ant de biens en Piemont[4],[5]. El est la felye de Oldèric-Manfrèd II, marquis d’Étalia[6], et de sa fèna Bèrta d’Ivrèa (vers 976 - aprés 1029), que vint de la mêson d’Ivrèa. Cela dèrriére est margravena de Suisa et comtèssa de Turin. La mârche de Turin contint les principâles veles de Suisa, Turin, Ivrèa ou ben Pignerol[6]. La vela de Suisa contrôle notament lo passâjo de la pèninsula a la France, per lo col du Mont-Cenis.

Los historiens s’acôrdont por la fâre nêtre vers 1020[7], a Turin[2].

Mârie Hèrman IV (1014-1038), duc de Souabe, avouéc qui el at doux enfants, pués lo marquis de Montfèrrat Hanri (môrt vers 1045), fely de Guilyômo III de Montfèrrat — cela cobla réste sen postèritât[8].

Comtèssa et règenta de SavouèChangiér

U més târd vers 1045[9],[10] ou ben 1046[8],[11], mârie Odon, fely d’Humbèrt, comto en Môrièna.

A la môrt d’Odon Iér en 1060, tint la règence por sos jouenos felys[12]. Mêtrèssa-fèna, consèrve grant-temps la tutèla. Semble étot avêr na sé-quinta grant-mange[V 1] dessus l’emperor du Sant-Empiro romen gèrmanico Hanri IV[12], que sa felye Bèrta mârie en 1066.

Règenta, Adelayida ôtorise lo passâjo de les Ârpes per lo Mont-Cenis a son biô-fely per aliance, l’emperor Hanri IV, por que sè pouésse rendre a Canossa en 1077[13],[14]. La comtèssa l’acompagne d’alyor uprés du pape Grègouèro VII[14]. En èchanjo du passâjo, la comtèssa et son fely ariant nègociyê l’obtencion de cinq èvèchiês étaliens[15]. L’emperor los rècompense, d’aprés Guichenon, per la cèssion du Bugê[15] a Amèdê II et pués en recognessent los drêts et l’enfèodacion du marquisât d’Ivrèa a Adelayida de Suisa[16].

Quand son petiôt-fely, Humbèrt, vint aprés son pâre, los historiens supôsont que mantint sa grant-mange dessus la politica de la comtât[17].

La granta comtèssa môrt en 1091[3], probâblament a Canischio[2], a coutâ de la vela de Cornèx, en Piemont[18].

Portant los Humbèrtiens consèrvont ren que la vela de Suisa de la dota qu’Adelayida avéve aportâye[3].

FamelyeChangiér

 
Adelayida de Suisa.

Adelayida de Suisa mârie en premiéres noces Hèrman IV de Souabe (1014-1038)[2] qu’el at doux enfants[8] :

  • Gèbârd Iér, comto de Sulzbach (1035 - 1071) ;
  • Hèrman de Souabe (1034 - v.1056).

Mârie en secondes noces lo marquis de Montfèrrat Hanri, que môrt dês 1044/1045, sen postèritât[2],[8].

Veva oncor un côp, mârie lo fely d’Humbèrt, comto en Môrièna, Odon (1023-1060), comto de Savouè a vegnir (1051) et pués en Môrièna[5], qu’el ut[8] :

La premiére de les felyes pôrte lo petiôt nom de la « grant-mâre matèrnâla », tandis que la seconda « [reléve celi] de sa mâre »[19]. Lo petiôt nom d’Adelayida sè mantint dens los usâjos de la mêson de Savouè puésqu’entre-mié los « XIémo et XIIémo siècllos, quatro de les huét premiéres princèsses savoyârdes [...] portâvont adés cél nom », pués « ressortét u XVIIémo siècllo, aprés que lo duc Victor-Amèdê Iér l’ut balyê, en 1636, a la dèrriére de ses felyes »[20].

MèmouèreChangiér

Adelayida de Suisa est yona de les femèles reprèsentâyes dedens l’ôvra monumentâla The Dinner Party per l’artista Judy Chicago.

Vêre avouécChangiér

Wikimedia Commons propôse de documents multimèdiâ sus Adelayida de Suisa.

BibliografiaChangiér

  • (fr) Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Geneva, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3)  .
  • (en) Charles William Previté-Orton, The Early History of the House of Savoy: 1000-1233, Cambridge, Cambridge University Press, 512 p. (en legne).  
  • (fr) Laurent Ripart, « La tradition d’Adélaïde dans la maison de Savoie », dedens Patrick Corbet, Monique Goullet, Dominique Iogna-Prat, Adélaïde de Bourgogne. Genèse et représentations d’une sainteté impériale, Comité des travaux historiques et scientifiques / Éditions universitaires de Dijon, col. « CTHS Histoire », , 230 p. (ISBN 2-7355-0497-2, en legne).  
  • (it) Francesco Cognasso, « Adelaide », dedens Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 1, 1960, p. 249–251.
  • (it) V. Fumagalli, « Adelaide e Matilde, due protagoniste del potere medievale », dedens La contessa Adelaide e la società del secolo XI, 1992, p. 243-257.

Articllos liyêsChangiér

Lims de defôrChangiér

Notes et rèferencesChangiér

NotesChangiér

  1. Diont étot Delayida de Suisa [dla.ˈiː.da də ˈswi.za].

VocabulèroChangiér

  1. Cen vôt dére « influence, pouvoir » en francês.

RèferencesChangiér

  1. (en) Previté-Orton, 1912, p. 196 (Liére en legne).
  2. 2,02,12,22,3  et 2,4(es) Estudios genealógicos, heráldicos y nobiliarios en honor de Vicente de Cadenas y Vicent : con motivo del XXV aniversario de la Revista "Hidalguía", Ediciones Hidalguia, Madrid, volumo 2, 1978, 1062 pâges, p. 401 (Liére en legne).
  3. 3,03,1  et 3,2(fr) Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 353.
  4. (fr) Bernard Andenmatten, « Savoie, Maison de » sus lo Dictionnaire historique de la Suisse en legne, vèrsion du .
  5. 5,0  et 5,1(fr) Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images : images, récits, La Fontaine de Siloé, col. « Les Savoisiennes », , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3, en legne), p. 138.
  6. 6,0  et 6,1(fr) Pôl Guichonnet, Nouvelle histoire de la Savoie, Édition Privat, , 366 p. (ISBN 978-2-7089-8315-1), p. 119.
  7. (fr) Ripart, 2002, p. 69
  8. 8,08,18,28,3  et 8,4(fr) Palluel-Guillard, p. 6.
  9. (en) Previté-Orton, 1912, p. 204 (Liére en legne).
  10. (fr) Laurent Ripart, « La mort et la sépulture du comte Humbert : une tradition historiographique reconsidérée », dedens Fabrice Delrieux, François Kayser (dir.), Des plats pays aux crêtes alpines. Hommages offerts à François Bertrandy, Chambèri, , p. 71-86.
  11. (fr) Marie-José de Belgique, La maison de Savoie : Les origines. Le Comte Vert. Le Comte Rouge, vol. 1, Paris, A. Michel, , 425 p., p. 32.
  12. 12,0  et 12,1(fr) Marie-José de Belgique, La maison de Savoie : Les origines. Le Comte Vert. Le Comte Rouge, vol. 1, Paris, A. Michel, , 425 p., p. 33.
  13. (fr) Roland Edighoffer, Histoire de la Savoie, vol. 151, Paris, Presses universitaires de France, col. « Que sais-je », , 128 p. (ISBN 978-2-13-044838-9), p. 31.
  14. 14,0  et 14,1(fr) Alain Boucharlat, Savoie, La Fontaine de Siloé, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-221-9), p. 16-17.
  15. 15,0  et 15,1(fr) Jacques Lovie, Histoire des Diocèses de France : Chambéry, Tarentaise, Maurienne, vol. 11, Beauchesne, , 301 p. (ISSN 0336-0539), p. 33.
  16. (fr) Claude Genoux, Histoire de Savoie depuis la domination romaine jusqu’à nos jours, F. Saillet, , 480 p. (en legne), p. 82.
  17. (fr) Demotz 2000, p. 165.
  18. (en) Previté-Orton, 1912, p. 251 (Liére en legne).
  19. (fr) Ripart, 2002, p. 61
  20. (fr) Ripart, 2002, p. 55