Jian de Charpentiér

(Redirigiê dês Jian de Charpentier)

Johann von Charpentier

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Jian de Charpentiér.

Jian de Charpentiér – en alemand Johann von Charpentier – (nèssu lo 8 de dècembro 1786 a Freiberg en Èléctorât de Saxe, môrt lo 12 de septembro 1855 a Béx, quenton de Vôd) est un g·eologo alemand et un gllaciologo que vivèt en Arpetania.

Monument de Charpentiér a Béx.

ViaChangiér

Jian de Charpentiér ére lo fily de l’engenior alemand Johann Friedrich Wilhelm von Charpentier (1738–1805). Aprés les ètudes a l’acadèmia montagnârda de Freiberg, il ére g·eologo ux Pirènês. Dês 1813 il ére lo dirèctor des mines de sâl de Béx (Sâlina cantonâla de Béx) et professor de g·eologia a l’Acadèmia de Losena.

En 1819, Jian de Charpentiér ére yon des fondators de la Sociètât vôdouèsa des sciences naturèles.

Sia rechèrche sus los gllaciérs du Valês, les morênes et les piérres erratiques sont emportantes dedens la discussion de la tèoria des gllaciérs u 19ièmo siècllo. Sia publicacion « Essais sur les glaciers et sur le terrain erratique du bassin du Rhône » est lo premiér texto de gllaciologia du quatèrnéro.

 
Émâge de la «Piérra des marmotes» prés Montê; dedens la publicacion de Jian de Charpentiér : Essais sur les glaciers et sur le terrain erratique du bassin du Rhône.

La granta piérra nomâye per Charpentiér « Bloc-monstre » a Dèvent prés Béx est dèdiâ a la mèmouère du g·eologo famox.[1]

Lo canton du Valês donave, en 1853, doves piérres erratiques prés la vela de Montê a Jian de Charpentiér : la Piérra des muguets et la Piérra a Dzo.[2][3]

 
Piérra erratica a Dèvent prés la sâlina de Béx.

ÔvresChangiér

  • « Essais sur les glaciers et sur le terrain erratique du bassin du Rhône». Losena 1841.

BibliografiaChangiér

  • Jean de Charpentier, dedens lo Diccionèro historico de la Suisse.
  • Tobias Krüger : Jean de Charpentier als tragischer Wegbereiter einer wissenschaftlichen Umwälzung, Dedens : Patrick Kupper, C. Bernhard Schär (èd.) : Die Naturforschenden. Auf der Suche nach Wissen über die Schweiz und die Welt, 1800–2015. Baden 2015, p. 17–33.
  • E. Renevier : Notice sur les blocs erratiques de Monthey. Dedens : Bulletin de la société vaudoise des sciences naturelles, 15, 78, 1877, p. 105–116.
  • Ralph Lugon (et.al.) : Patrimoine culturel et géomorphologie: le cas valaisan de quelques blocs erratiques, d’une marmite glaciaire et d’une moraine. Dedens : Bulletin de la Murithienne, 124, 2006, p. 73–87.

Lims de defôrChangiér

Wikimedia Commons propôse de documents multimèdiâ sus Jian de Charpentiér.

RèferencesChangiér

  1. Jian de Charpentier : « Près de ma demeure au Devens, il y a sur le flanc septentrional d’une petite montagne de gypse, appelée le Montet, un bloc calcaire provenant des montagnes qui bordent la vallée de |’Avançon. La longueur moyenne de ce bloc est de 54 pieds, sa largeur de 49 et sa hauteur de 61 pieds ; il offre par conséquent un volume de 161 000 pieds cubes. Les arêtes et les angles sont peu émoussés. C’est le plus grand bloc erratique que je connaisse. Comme il n’y a pas de nom particulier, je le nommerai « le Bloc Monstre ». Dedens Essais sur les glaciers et sur le terrain erratique du bassin du Rhône. 1841.
  2. Jean-Luc Epard (et.al.) : Les blocs erratiques propriété de la Société Vaudoise des Sciences Naturelle. Dedens : Bulletin de la Société vaudoise des Sciences naturelles, 99, 2020, p. 29–66.
  3. D. Auber : La protection des blocs erratiques dans le canton de Vaud. Dedens : Bulletin de la société vaudoise des sciences naturelles, 79, 1989, p. 185–207.