Civilisacion

Lo tèrmeno civilisacion — que vint endirèctament du latin civis, citoyen — at étâ utilisâ de difèrentes maniéres pendent l'histouère.

Dens lo sens historico et sociologico actuèl, la civilisacion est l'ensemblo des trèts que distingont l'ètat d'una sociètât balyêe, du pouent de vua tècnica, entèlèctuèl, politico et morâl, sen portar d'èmo de valor. On pôt adonc parlar de civilisacions u plurièl et mémament de « civilisacions primitives », u sens cronologico, sen conotacion mèprisienta.

Coment los mots cultura, religion et sociètât, lo mot civilisacion at prês un pêds politico et idèologico dètèrmenant, u pouent de venir un concèpt cllâf ou un « mêtro-mot » por pensar lo mondo et l'histouère du temps des Lumiéres.

U XIVémo sièclo la civilisacion, adonc envesagiêe coment un idèal a avengiér et coment un procèssus de transformacion de la sociètât vers ceti idèal, at étâ la principâla légitimacion balyêe a la colonisacion empèrialista. Il s'agéssêt de « civilisar » los poplos du mondo dens na vision hièrarchica et èvolucionista de la civilisacion.

Houé les concèpcions de la civilisacion sont més ègalitères et dèbarrassiêes des concèpcions racialistes qu'entretegnant na hièrarchisacion des civilisacions et lor confusion avouéc les zones religioses, de façon que lo tèrmeno dèsigne més un ètat de fêt historico et social qu'un procèssus de transformacion, d'èvolucion et de morance des sociètâts. L'idê at cèssâ de fonccionar en oposicion avouéc celes de barbarie ou de sarvagerie, tandis qu'est afirmâ lo principo du « drêt des poplos a disposar de lor-mémos » avouéc la dècolonisacion progrèssiva du mondo. En ples, la difusion des mètodes scientifiques a travèrs lo mondo pèrmèt ux poplos ancianament colonisâs de sè rèapopriar a châ pou lors histouères et lors cultures rèspèctives, avantagient d'ense lo dialogo entre "civilisacions" et lor ètude mutuèla a côsa de ceta bâsa mètodologica comena.