Châtél de Chelyon

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan romand / ORB lârge. L’armoueria de la Suisse


Lo châtél de Chelyon est un châtél fôrt suisso et pués na granta fôrterèssa du moyen âjo et un musê historico dedens lo velâjo de Vêtor prés Môrçôls, quenton de Vôd, et en Arpetania.

Lo châtél de Chelyon.

Endrêt emportant dedens l’histouère de la Savouè, enqu’houé lo châtél fôrt rèsidence des comtos de Savouè lo miélx consèrvâ, il est lo monument historico lo ples visitâ en Suisse et un emblèmo du tourismo vôdouês et savoyârd.[1] Il est cllassâ monument historico d’emportence nacionâla, et l’endrêt sè trôve dedens lo Parc naturâl règ·ionâl Gruviéres-Payis-d’Amont.

Châssa reliquiér trovâye dedens la chapèla de Sent-Trifon.

G·eografiaChangiér

Lo châtél sè drèce sus una ila de roche châlc·ère dedens lo lèc Lèman. A la rive du lèc sè drèce la hôta montagne qu’est a la fin de la chêna de montagnes des Prèarpes vôdouèses avouéc les Rochers de Naye.

EtimologiaChangiér

Selon lo lengouisto Albert Samuel Gatschet, lo mot chelyon – ècrit chillun dedens una sôrsa de 1150 – vint du patouès arpetan vôdouês pués signifie una piérra ou ben una roche pllata.[2][3]

 
Visita d’una dèlègacion de Bèrna prés lo comto Pierro II de Savouè devant lo châtél de Chelyon, en 1255. Miniatura dedens la Chronica de Bèrna de Diebold Schilling (Burgerbibliothek Bern).

HistouèreChangiér

Lo premiér châtél fôrt sus l’ila de Chelyon at étâ costruit per los rês de la Borgogna d’Amont et l’èvèco de Sion, probâblament u Xémo ou ben lo XIémo siècllo, a la frontièra du Valês et du Payis de Vôd. Grâce ux rechèrches arquèologiques, los murs de la premiére chapèla du châtél que Sent Trifon[4] ére lo patron, sont cognus. La cripta de la chapèla est ben consèrvâye.

 
Armôria du comto de Savouè. Pintura murâla dedens l’«Aula nova» du châtél de Chelyon.

Lo novél grant châtél fôrt sus l’ila est l’ôvra des comtos de Savouè que l’adoptont coment yena des rèsidences u payis de Vôd. Lo châtél est nomâ, en 1195, «castrum Quilonis». Surtôt los comtos Tomas Iér de Savouè, Amèdê IV de Savouè, Pierro II de Savouè, sègnor du Payis de Vôd, u XIIIémo siècllo et pués Èmon de Savouè u XIVémo siècllo ont fât construire des grants bâtiments, sâlas et fortificacions u châtél de Chelyon. Doux-três mètros d’ôvra sont cognus, p.ègz. Pierro Mèniér et Jâque de Sant-Jôrjo.[5] D’ense, lo grant châtél vint lo centro administratif de la province historica savoyârda du Chablès. En 1224, lo châtélèn Uldricus castellanus de Chillon est nomâ dedens los documents historicos de Chelyon (consèrvâs ux arch·ives d’etât de Turin). Lo pintro vôdouês Jian de Grandson at fat les pintures murèles de la «camera domini» dedens lo châtél, por lo comto Èmon.[6] Celes pintures monumentèles sont des râres ch·ef-d’ôvres du Moyen Âjo.[7] Entre-mié l’ila du châtél et la tèrra fèrma ére un petiôt pôrt, stacion des navéls de guèrra.

Prés lo châtél sè trôvave, a la cllusa[8] entre-mié la montagne et lo Lèman, una stacion de douâna sus la rota entèrnacionâla d’Étalia et du Col du Grant-Sent-Bèrnârd, et pués na velèta nomâye Chelyon.

Dês la guèrra bèrnèsa-savoyârda de 1536 et l’ocupacion du châtél per los Bèrnês, lo 29 de mârs 1536,[9] et tant qu’en 1798, lo châtél de Chillon ére un endrêt de l’administracion civile et militère bernèsa du payis de Vôd. Lo 11 janviér 1798, un mouél de pèrsones de Vevê ont pris lo châtél bernês que vint un domèno du novél quenton de Vôd.

U XIXémo et XXémo siècllos, lo monument historico est rèstorâ, per l’Associacion por la restôracion du châtél de Chelyon, avouéc l’ède p.ègz. de Johann Rudolf Rahn, Henry de Geymüller, Ernest Burnat, Albert Naef, Otto Schmid, Alfredo d’Andrade, Josef Zemp etc.

 
Lo châtél de Chelyon. Fotografia de Sir John Joscelyn Coghill, 1855 (Metropolitan Museum of Art).[10]

Arch·itècturaChangiér

Lo groupo arch·itècturâl prôd pituresco du chatél de Chelyon est composâ de deux-três grants èlèments. Lo plan du châtél, poligonâl, ocupe tôta l’ila d’una longior de ca. 120 mètros. Vers Levant, un mur gros, hôt et fortifiâ de três tors ronds et un chemin de rionda et des mâche-côls sus consôles protège l’ensemblo de l’ila que la solèta entrâ est balyêe per un pont et una pôrta protègiyêe d’una granta tor.

U centro sè drèce la tor principâla, dèta «donjon» que les partias sont èlevâyes a difèrentes èpoques.

Vers lo cuchient et lo lèc sont construites des grantes mêsons avouèc des sâles (l’aula magna, l’aula magna bâssa, l’aula nova, la sâla des ârmories), la mêson du comto, la mêson de la comtèssa et puès lo bâtiment de vocacion administrativa dèt domus clericorum. U nord-est sè trôve la chapèla novéla a l’architectura gotica et avouéc un biô dècor de pintures.[11]

 
Lo châtél, lo lèc et les Ârpes (los Dents du Mié-jorn en Valês). Afiche de la sociètât du chemin de fèr du Semplon. Artiste : Emil Cardinaux.

Lo Châtél de Chelyon dedens l’ârtChangiér


BibliografiaChangiér

  • Denis Bertholet, Olivier Feihl, Claire Huguenin : Autour de Chillon. Archéologie et restauration au début du siècle, Losena 1998.
  • Daniel de Raemy : Chillon. La chapelle. 1999.
  • Albert Naef, Otto Schmid : Château de Chillon, 1929–1939. Losena 1939.
  • Claire Huguenin : Promenade au château de Chillon. Chelyon 2008.
  • Ariane Devanthéry (èd.) : Chillon. Tours, détours, alentours. Veytaux 2014
  • Danielle Chaperon, Jean-Pierre Pastori : Château de Chillon. Le fief de la rêverie romantique. Jean-Jacques Rousseau, Alphonse de Lamartine. Chèno-Bôrg 2008

Lims de defôrChangiér

Wikimedia Commons propôse de documents multimèdiâ sus Châtél de Chelyon.

NotesChangiér

  1. Monument historiqze le plus visité de Suisse, sus region-du-leman.ch.
  2. Albert Samuel Gatschet : Beiträge zu einer Toponomastik der Schweiz, 1867.
  3. Vêre avouéc : Chillon sus lo seto toponomastico henrysuter.ch
  4. Saint Tryphon
  5. Château de Chillon dedens lo Diccionèro historico de la Suisse
  6. Nicolas Schätti: Jean de Grandson dens: Diccionèro historico de la Suisse
  7. V. Furlan (et. al.) : Chateau de Chillon: Camera Domini. Etude des peintures murales du quatorzieme siecle, dedens : Studies in Conservation, 27, 1, 1982, pp. 25-30.
  8. La cllusa de Chelyon est nomâye, vèrs 1250, dedens un document, coment frontière du tèrritouèro du comtât de Savouè : «Feodum comitis Sabaudie … usque ad clusam de Chillon». Vêre l’artocllo Cluse] dedens lo Gllossèro des patouès de la Suisse romanda.
  9. Vor 400 Jahren eroberten die Berner die Waadt. Dedens : Berner Woche, 1936.
  10. John Joscelyn Coghill: The Castle of Chillon 1855, Metropolitan Museum of Art
  11. Laurent Golay , Les peintures murales de la chapelle du château du Chillon, dedens : Nos Monuments d'art et d'histoire, t. 42, 1991/3.